Égalité

Quand la défense des LGBT sert la xénophobie

Des milieux LGBTIQ dénoncent l’homo-nationalisme croissant. Ils refusent les politiques xénophobes et impérialistes menées au nom de la défense de leurs droits.
Gabriel Semerene THIBAULT SCHNEEBERGER
« Pinkwashing »

Un coq paré d’un boa rose, un buste de Marianne noire affublé d’un écriteau stipulant «Nos luttes vous émancipent», la création d’une section gay à l’Union démocratique du centre (UDC), des séjours pour Tel Aviv à gagner dans les soirées européennes branchées LGBTIQ (lesbiennes, gays, bi-trans-inter-sexuels et queers)… Voici quelques-uns des exemples cités lors de l’atelier «LGBT, homo-nationalisme et pinkwashing: nos luttes face à leur impérialisme», organisé récemment par Solidarités

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion