Vaud

«Les proches des détenus psychiques n’ont aucun droit»

A Lausanne, les Cafés prison tentent un dialogue entre les proches des détenus et les professionnels du pénitentiaire. Reprise ce lundi après deux ans de pause.
Photo prétexte. Jean-Patrick Di Silvestro
Vaud

Le Café prison fait son retour à Lausanne après deux ans de pause. Organisé par le Groupe d’accueil et d’action psychiatrique (Graap), il réunit des proches de détenus psychiques, des professionnels du monde pénal et pénitentiaire ainsi que le grand public pour un dialogue autour de la prison. Le dernier café avait attiré plus d’une centaine de personnes. La sixième édition sera consacrée ce lundi à l’expertise psychiatrique lors du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion