Musique

Médecine douce à l’Opéra des Nations

Molière, Gounod, Pelly: ce «Médecin malgré lui» entre trois temps déride le public genevois. Le baryton Boris Grappe y incarne un Sganarelle haut en couleurs.
GTG - CAROLE PARODI
Opéra

En mars 1858, deux mois après la création du  Médecin malgré lui de Gounod, Bizet écrivait: «C’est décourageant, crétinisant, révoltant: si on ne peut avoir du succès avec de la musique comme cela, c’est à tout ­envoyer aux cinq cent mille diables»… Un an plus tard, Gounod connaîtra le grand succès avec Faust, écrit parallèlement au Médecin, avec la complicité des mêmes ­librettistes: Jules Barbier et Michel Carré. Mais Le Médecin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion