Solidarité

Les assassinats de militants colombiens hypothèquent l’accord de paix

Les violences paramilitaires se multiplient en ce début d’année. De quoi dissuader les guérilleros de déposer leurs armes?
Piedad Cordoba WIKIMEDIA
Exergue

«Le gouvernement exige une date fixe, précise et claire, pour mettre fin au processus de désarmement», a déclaré lors d’une brève allocution durant ce lundi de Pâques le président Santos, dans le sillage du rendez-vous manqué du 23 mars, jour où, contrairement aux déclarations optimistes d’il y a six mois, l’accord de paix n’a pas été signé avec la guérilla des FARC. «Il n’y aura pas de date de désarmement

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion