Cinéma

Hypocrisie marocaine

«MUCH LOVED» DE NABIL AYOUCH
Hypocrisie marocaine
OUTSIDE THE BOX
Nabil Ayouch

Interdiction au Maroc (pour «outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine et une atteinte flagrante à l’image du royaume»), menaces de mort, agression contre l’actrice Loubna Abidar: œuvre cho­rale sur le quotidien de quatre prostituées à Marrakech, Much Loved a défrayé la chronique. Ce qui lui vaut une sélection au Festival du film sur les droits humains à Genève et une première sortie romande pour Nabil Ayouch,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion