Égalité

L’Usine fait la chasse aux «relous»

Les comportements déplacés à l’égard des femmes n’épargnent pas les lieux alternatifs. A Genève, le bastion culturel empoigne le problème.
Journée des femmes

Alina Calmac prépare un bachelor en géographie et environnement à l’université de Genève. A 26 ans, elle a déjà une décennie de vie nocturne à son actif, des deux côtés du bar. Usine, Gravière, Cave 12 et Parfumerie sont quelques lieux où elle a travaillé – bénévolement ou non –, à l’heure où les langues se délient et où l’autocensure à la clarté du jour fait place à des comportements parfois plus obscurs. Regards

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion