Actualité

Engagées auprès des migrants

Deux Genevoises sont parties en Grèce pour se rendre utiles. Durant quinze jours, elles ont patrouillé sur les côtes de Chios. Récits de volontaires autogérées.  
Dès l’arrivée au port GAUGE
Volontaires

«C’est aux cris des passagers que nous détectons leur arrivée sur les côtes. Les bateaux voguent le plus souvent de nuit, sans lumières, et ils visent les coins les plus sombres.» Carmen, étudiante en sciences de l’environnement, est de retour à Genève, mais une partie d’elle semble être restée en Grèce. Avec sa copine Sarah, ingénieure en environnement âgée comme elle de 27 ans, elle a rejoint en décembre la multitude

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion