Autre

Revivre parmi les gravats et les fantômes

A Sinjar, libérée de l’Etat islamique par les forces kurdes, de rares habitants redonnent un semblant de vie à cette ville meurtrie, où résident surtout des combattants. Reportage.
Matteo Maillard
Irak

Aux confins du Kurdistan irakien, au bord de la frontière syrienne, une bande de bitume se déroule dans un désert lunaire. A l’horizon, elle vient lécher les flancs d’une montagne plate, tassée par le soleil. De l’autre côté se trouve la ville martyre de Sinjar. Occupée par l’Etat islamique depuis août 2014, elle a été libérée par les forces kurdes il y a un peu plus de trois mois, le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion