Actualité

Répit pour les migrants de Calais

A un an de la présidentielle, le gouvernement Hollande ne peut risquer de braquer trop la gauche sur l’évacuation. Deux précédents l’invitent à la prudence.
Manifestation de soutien aux migrants de Calais Global Justice Now
France

L’Etat freiné dans ses élans. La préfète du Nord-Pas-de-Calais avait fait sensation en prenant un «arrêté d’expulsion d’office» des occupants de la zone méridionale du campement dit de «la Jungle», à Calais. Ses occupants avaient jusqu’à hier, 20 heures, «pour rejoindre les dispositifs d’hébergement mis en place par l’Etat». A défaut, ils seraient expulsés manu militari, et leurs abris démolis. La justice, toutefois, a mis le holà à l’opération. Saisie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion