Scène

Martine Paschoud, contre les idées reçues

Grande figure romande de la scène, elle s’attaque aux violences conjugales dans «Un Conte cruel».
A la tête du Poche pendant douze ans MARC VANAPPELGHEM
Portraits de der

On s’installe avec elle dans un petit studio de la Comédie de Genève, en fin de matinée, avant les répétitions qui vont absorber son énergie. Il est à peine ­besoin de questionner Martine Paschoud sur la pièce qu’elle met actuellement en scène, sa carrière de comédienne, son engagement. Tout coule de source, de sa voix grave et douce,  même si elle dit avoir une «mémoire malade» à cause des opérations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion