International

Lesbos vue de l’intérieur

RÉFUGIÉS • La petite île grecque continue à accueillir des migrants venus par la mer. La solidarité sur place contraste avec le manque de moyens, obligeant souvent les rescapés à dormir dehors. Témoignages.
La chaleur de l’accueil des rescapés de la mer Egée contraste avec des structures d’hébergement déficientes. Anna Pantelia

A Lesbos, on n’enterre plus les morts. Il n’y a plus de place dans le principal cimetière de Mytilène, chef-lieu de l’île. Les cadavres s’entassent à la morgue de l’hôpital. Là-bas, il n’y a plus de place non plus. A l’extérieur de l’établissement, un petit conteneur réfrigéré abrite d’autres corps. Au total, mercredi dernier, une soixantaine d’hommes devaient toujours être inhumés. Ils sont Syriens, Afghans, Irakiens, enfants ou adultes… Des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion