Musique

Algiers en ordre de bataille

Gospel et post-punk: la frontière est transgressée par un trio d’Atlanta qui puise dans l’existentialisme et la «French Theory». Coup de fil au chanteur Franklin James Fisher avant un concert jeudi à Fri-Son.
Algiers en ordre de bataille
Franklin James Fisher (à gauche), l'âme et la voix d'Algiers. DR
Rock

Le racisme systémique qui gangrène les Etats-Unis, la domination du capital sur les corps et les esprits, l’apathie de toute une génération: des thèmes plutôt rares dans la pop music. Comme en plus ­Algiers les traite dans un style flamboyant, tendu comme un arc entre post-punk et gospel, on dresse une oreille ­attentive. Le trio s’est choisi un nom en référence au célèbre brûlot cinématographique de Gillo Pontecorvo La Bataille

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion