Solidarité

Crédits-carbone: un marché de dupes

CLIMAT • Disney, Microsoft et Cie ont investi dans la protection de l’Amazonie à coups de crédits-carbone. Mais le programme REDD+, institué sur la lancée du protocole de Kyoto, serait pire que le mal.
La protection de l’Amazonie passe-t-elle par sa marchandisation comme le propose le mécanisme REDD+? Indigènes et écologistes en doutent. keystone

«Les entreprises qui se lancent dans ce programme s’engagent sur plusieurs années; cela leur permet de réduire durablement leur empreinte carbone.» Marco Bustamante, ingénieur à Nature Service, est enthousiaste. Sa société aide les entreprises péruviennes à baisser leurs émissions polluantes et compenser leurs surplus d’émissions. Nature Service joue ensuite le rôle d’intermédiaire avec les villages amazoniens pour l’achat de crédits carbone forestiers. C’est en 2008, pour lutter contre le réchauffement

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion