Cinéma

Carmen Maura, tigresse malicieuse

A l’affiche de La Vanité de Lionel Baier, la première muse d’Almodóvar dans les années 1980 n’a rien perdu de son charme ni de sa fougue.
Carmen Maura, tigresse malicieuse
Carmen Maura SAMUEL RUBIO / CINEMATHEQUE SUISSE
Cinéma

Formidable aujourd’hui dans La Vanité de Lionel Baier, elle restera à jamais l’amante bafouée de Femmes au bord de la crise de nerfs qui empoisonne ses invités avec un gaspacho aux somnifères. Ce rôle mythique pour Almodóvar en éclipse plus d’une centaine, au fil d’une carrière internationale où se bousculent les films et réalisateurs les plus divers: Carlos Saura et Alex de la Iglesia, Mocky et Téchiné, Gitai et Coppola.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion