Actualité

Elections apolitiques

La mise au pas de la Grèce par l’Union européenne a désormais son vernis démocratique. Huit mois après avoir plébiscité Syriza pour qu’il mette fin aux memoranda d’austérité, dix semaines après avoir refusé par référendum le diktat européen, les électeurs grecs devaient choisir hier les élus qui appliqueront quand même cette politique. Ironie de l’histoire, ce sera le leader de la «gauche radicale» Alexis Tsipras qui se chargera d’appliquer le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion