Cinéma

Dora l’exploratrice

«DORA» Abordant de front le tabou de la sexualité des personnes handicapées, la réalisatrice zurichoise Stina Werenfels signe un film fort et dérangeant d’après une pièce de Lukas Bärfuss. Critique et entretien.
Dans le second long métrage de Stina Werenfels FILMCOOPI / KATHARINA LÜTSCHER

Le second long métrage de Stina Werenfels a connu un accouchement long (sept ans de travail) et difficile. Dora ou les névroses sexuelles de nos parents est né sans aides de la Confédération ni de la Fondation zurichoise pour le cinéma (intervenues après coup), soutenu par la télévision alémanique et le Fonds allemand d’encouragement au cinéma. Il s’agit pourtant de l’adaptation d’une pièce à succès de Lukas Bärfuss, écrivain et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion