Musique

Un «Guillaume Tell» sombre et réussi

OPERA • La saison du Grand Théâtre de Genève commence sous des auspices favorables grâce à une belle production du chef d’œuvre de Rossini.
Générale piano GTG/MAGALI DOUGADOS

Après avoir qualifié Guillaume Tell de «chef-d’œuvre dans lequel éclate à chaque phrase dans toute sa magnificence le puissant génie de l’immortel maître», Stendhal, retraçant la vie de Rossini, poursuivait: «L’indifférence du public le blessa profondément; il brisa sa plume.» A 37 ans, Gioachino Rossini (à qui il en restait davantage à vivre) décidait de ne plus écrire d’opéra. C’est donc Guillaume Tell, créé à Paris en 1829, qui conclut son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion