Religions

La ZöFra veut briser le tabou du célibat

INSTITUTION • Lorsqu’un prêtre rompt l’obligation du célibat, les conséquences sont lourdes pour lui comme pour sa famille. La ZöFra réclame des solutions de la part des évêques. Et éclaire un pan méconnu de l’Eglise.  
Gabriella Loser Friedli Jonathan Friedli

Le 14 juillet dernier, elles ont repris la plume. Un an plus tôt, jour pour jour, les femmes actives au sein de la ZöFra (Association des femmes touchées par le célibat des prêtres) avaient enfin réussi à rencontrer une délégation de la Conférence des évêques suisses (CES). Objectif:  sensibiliser à la question du célibat des prêtres et demander d’intervenir pour éviter une mise à pied du prêtre concerné. A terme,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion