Musique

Blick Bassy, l’incontournable réviseur

MUSIQUE Dans «Akö», son troisième album épuré, entremêlant les rythmes de la forêt camerounaise, les influences du blues américain et les mélopées du jazz, le chanteur impose sa note bleue pastel.
Elevé dans le culte de la persévérance DAVID BALICKI

Il a décidé, il y a longtemps déjà, de soigner sa note autant que sa langue. La note, il la ­bichonne – même en dormant –, la psalmodie dès le réveil et ne cesse de l’améliorer en ­studio, en concert et même, subrepticement, pendant les interviews. Le chanteur, natif de Yaoundé en 1974 et arrivé en France en 2005, ­travaille jusqu’à l’obsession pour goûter, dit-il, «à la renversante clarté quand on joue

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion