Édito

Egypte: prime à la répression

Seul président élu de l’histoire égyptienne, Mohamed Morsi a donc été condamné à mort samedi par le régime putschiste qui lui a succédé. Il devrait être accompagné sur l’échafaud par une centaine de Frères musulmans, dont le chef de la confrérie, Mohamed Badie. La décision judiciaire a surpris. Beaucoup d’observateurs pensaient que la précédente condamnation du leader islamiste à vingt ans de prison suffisait à le sortir du jeu sans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion