Cinéma

A l’aube d’un conflit sans fin

«DAWN» Aux commandes d’une solide coproduction internationale, Romed Wyder renvoie Israël à son histoire en disséquant le cas de conscience d’un apprenti terroriste sioniste. Entretien.  
Photos. Dans le funeste Dawn de Romed Wyder (en médaillon) AARDVARK FILM / DSCHOINT VENTSCHR

Pour son retour sur les écrans après Absolut (2004), Romed Wyder a vu grand: une coproduction inter­nationale au casting cosmopolite de haut vol, tour­née en anglais et en hébreu entre Zurich et Jaffa, d’après une nouvelle d’Elie Wiesel (L’Aube). Sombre huis clos éclairé de quelques flash-backs, Dawn remonte peu avant la création de l’Etat hébreu. Dans la Palestine sous mandat britannique de 1947, des militants sionistes séquestrent un officier anglais

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion