Économie

Les 1%, les 99% et le franc fort

TAUX PLANCHER • Selon l’historien Jean Batou, la BNS et la droite patronale entendent utiliser la spéculation sur le franc comme levier pour accroître la compétitivité de la place économique suisse sur le dos de la majorité de la population.

Pourquoi la BNS a-t-elle décidé de renoncer au cours plancher de 1,20 CHF pour 1 €, qu’elle avait défendu depuis septembre 2011? D’abord, pour éviter d’acheter des milliards d’euros supplémentaires afin de contrer l’envolée du franc. L’attrait de la devise helvétique repose en partie sur un niveau d’endettement très faible des collectivités publiques, qui n’a cessé de diminuer depuis 2004, alors que celui de la zone euro explosait après le début de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion