Médias

La fin de l’austérité cathodique?

GRÈCE • Un an et demi après la fermeture de l’audiovisuel public, des ex-salariés émettent toujours bénévolement. Ils misent sur une victoire de Syriza ce week-end, pour relancer le service public.
Dans le studio TV principal de la chaîne ET3 à Thessalonique Nicolas Brodard

Lunettes rectangulaires, barbe de trois jours, clope au bec, Dimitris Makris, 55 ans, s’apprête à rentrer dans le studio de la radio publique ERT3 basée à Thessalonique. Il referme la porte, la lumière rouge s’allume dans le couloir. De sa voix grave et chaude, il tire à boulets rouges sur le gouvernement: dénonçant les fermetures d’écoles dénommées officiellement «consolidation» et les stratégies du pouvoir pour attiser le nationalisme ou faire accuser

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion