Actualité

Apologie du terrorisme: 50 condamnations

Les déboires de Dieudonné surviennent alors qu’une cinquantaine de procédures ont été ouvertes pour apologie du terrorisme, en une semaine. Les prévenus, jugés en comparution immédiate, ont souvent été lourdement condamnés. Exemples? Six mois de prison ferme, pour avoir crié «Vive la Kalach’»  à des policiers. Quinze mois ferme, pour un «Vos bâtards de collègues de Paris, c’est bien fait pour leur gueule». Quatre ans ferme pour un automobiliste ivre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion