Actualité

L’exemple belge

Une grève générale, qualifiée d’historique par les syndicats, a paralysé hier, et pendant vingt-quatre heures, la Belgique. Transports publics, aéroports, écoles, tribunaux, hôpitaux, prisons, administrations, ports et zones industrielles étaient fermés ou tournaient au ralenti, de même qu’une partie des entreprises privées et des magasins. Les raisons de ce mouvement? La politique du gouvernement du premier ministre libéral Charles Michel qui entend, sous la menace de la Commission européenne, économiser

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion