Genève

La rue Imbert-Galloix, symbole de l’antinucléaire

GENÈVE • De 1987 à 1997, les militants de Contratom en lutte contre Superphénix se sont réunis chaque premier jeudi (puis mercredi) du mois devant le consulat de France.
dr

Dix ans de ramdam devant le Consulat de France, situé derrière le parc des Bastions, rue Imbert-Galloix. Tous les premiers jeudis – puis mercredis, pour cause de changement de la grille horaire scolaire – du mois, les militants antinucléaires de Contratom ont mené bataille contre Superphénix, le surgénérateur de Creys-Malville, en occupant de manière ludique ce site. La centrale nucléaire avait été mise en marche le 6 septembre 1985. Deux ans plus

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion