Cinéma

Fragiles équilibres locarnais

CINÉMA Peinant parfois à satisfaire ses ambitions, le Festival de Locarno recèle toujours son lot de pépites. Petit panorama à l’issue de la 67e édition, dont on attend le palmarès.
Fragiles équilibres locarnais
L’implacable et magistral Durak du Russe Yury Bykov ROCK FILMS
Locarno Festival

A Locarno, il y a la façade et les films. Prestige oblige, les stars défilent et les sponsors s’invitent sur la scène pour leur remettre d’innombrables prix – opérations marketing au profit des marques autant que du festival. Passons… Car ce dernier reste un formidable vivier cinématographique, carrefour du septième art sous ses formes les plus variées. La 67e édition, qui s’achève ce soir avec la révélation du palmarès, l’a encore prouvé.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion