Genève

Les prémices de la scène alternative genevoise

SAINT-GERVAIS OCCUPÉ • En 1971, le Mouvement pour un centre autonome cristallise l’insatisfaction de la jeunesse et des milieux artistiques dans une ville jugée moribonde.

«En 1971, la jeunesse sage est morte, la jeunesse impertinente est née.» Trois ans après Mai 68, la Genève calviniste s’embrase enfin. Le temps d’un printemps, le Mouvement pour un centre autonome a pris la ville en otage, revendiquant la liberté de créer et le droit à l’autogestion. Un épisode aussi bref qu’il a durablement marqué la vie genevoise et planté les jalons de la scène alternative. Haut lieu de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion