Agora

La Suisse respecte-t-elle le protocole de Kyoto?

CLIMAT • Le respect des émissions de gaz à effet de serre affiché par la Suisse passe par l’achat de «permis de polluer».

Ce printemps, la Suisse a remis aux Nations Unies un rapport portant sur le respect de ses engagements dans le cadre du protocole de Kyoto1www.bafu.admin.ch/publikationen/publikation/01757/index.html?lang=fr. Karine Siegwart, sous-directrice de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), y annonce que «La Suisse a respecté [ses] engagements», qui consistaient à réduire de 8% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de référence de 1990.

Cependant, ce rapport montre clairement que la Suisse n’est en réalité parvenue qu’à stabiliser ses émissions internes de gaz à effet de serre au niveau de celles du début des années 1990, soit aux alentours de 50 millions de tonnes d’équivalent-CO2 par année. Si le rapport parle d’une diminution des émissions (et donc de respect du protocole), c’est pour partie grâce aux achats de certificats à l’étranger. Sans se questionner sur cet état de fait, le rapport signale en effet ingénument qu’«à effet comparable, les mesures reviennent souvent meilleur marché dans les pays émergents ou en développement». D’autre part, la croissance naturelle des forêts – due en grande partie à l’abandon pour non-rentabilité des pâturages de montagne – joue le rôle de «puits de carbone» et permet également de comptabiliser une diminution des émissions.

Pourtant, le rapport précise clairement que «l’objectif devait être atteint avant tout au moyen de mesures prises en Suisse». Or, la croissance naturelle des forêts est en réalité une non-mesure, tandis que les achats de certificats se font bien à l’étranger. Les auteurs admettent d’ailleurs que «l’évolution des émissions observée en Suisse depuis 1990 est décevante: alors que des réductions sensibles sont indispensables pour freiner la progression des changements climatiques, les signes clairs d’un retournement de tendance brillent par leur absence.»

Ensuite, ce rapport porte uniquement sur la production indigène de gaz à effet de serre. Or, fin mars, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a actualisé les comptes des flux de matières, qui relèvent annuellement «la quantité de matières nécessaires aux activités économiques de la Suisse»2www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/02/06/ind17.indicator.1300109.13001.html. Il y apparaît que les quantités de matières importées par notre pays – et donc de celles de gaz à effet de serre dégagées par leur extraction, leur déplacement et leur transformation – ont augmenté de plus de 10% depuis 1990. En particulier, les flux cachés liés à ces importations3Matières utilisées dans les pays exportateurs pour produire et transporter des matières ou des biens destinés à la Suisse (OFS)., qui sont environ trois fois plus élevés que les importations elles-mêmes, ont augmenté d’environ 20%. Le rapport signale en effet que, dans nos importations, la proportion des produits finis par rapport à celle des produits bruts «a crû de 63% ces vingt dernières années.»4www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/02/05/blank/ind22.indicator.130225.223.html Cette augmentation traduit, selon l’OFS lui-même, «une dépendance accrue de la Suisse à l’étranger pour couvrir ses besoins matériels ainsi qu’une tendance à la délocalisation de ses pressions environnementales dans le reste du monde.» En fait, nous avons simplement délocalisé la production des biens peu rentables et polluants dans des pays moins regardants, ce qui nous permet de gagner sur tous les tableaux: les pollutions sont subies ou comptabilisées ailleurs, mais les produits restent abordables voire baissent de prix ici!

Finalement, il faut encore se rappeler que la principale qualité du protocole de Kyoto est simplement d’exister, mais qu’il est de plus en plus clair que ses objectifs – qui ne seront probablement pas atteints – sont largement insuffisants pour empêcher un dérèglement climatique désastreux. «De nombreux scientifiques considèrent que le protocole de Kyoto est nettement insuffisant pour ralentir le réchauffement du climat», signale par exemple sur son site radio-Canada. Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) lui-même souligne dans son dernier rapport qu’une diminution de moitié des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2050 sera nécessaire, et qu’ensuite il faudra tendre vers zéro émissions nettes au niveau mondial.

Si notre «respect» du protocole de Kyoto se fonde sur une pseudo-stabilisation de nos émissions en Suisse atteinte grâce à la croissance de nos forêts abandonnées à elles-mêmes ainsi que sur l’achat de «permis de polluer» à l’étranger; si une quantité supérieure et toujours croissante de gaz à effet de serre est produite à l’étranger par la délocalisation et l’augmentation de nos besoins; et si les objectifs proposés par le protocole sont notoirement insuffisants, la Suisse, l’un des pays les plus riches et les plus pollueurs du monde, peut-elle vraiment être fière d’elle-même?
 

Notes   [ + ]

1. www.bafu.admin.ch/publikationen/publikation/01757/index.html?lang=fr
2. www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/02/06/ind17.indicator.1300109.13001.html
3. Matières utilisées dans les pays exportateurs pour produire et transporter des matières ou des biens destinés à la Suisse (OFS).
4. www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/02/05/blank/ind22.indicator.130225.223.html

* Article paru dans Moins!, journal romand d’écologie politique, n° 12, juillet-août 2014.

Opinions Agora Mathieu Glayre

Connexion