Genève

Genève n’a pas assumé sa politique

ENFANTS PLACÉS • La Suisse se penche sur le sort des milliers de victimes de placements forcés durant le XXe siècle. Elle a mis en place un fonds d’aide national, mais Genève refuse d’y participer.

Depuis plus d’une année, la Suisse se tourne vers son passé, en direction des milliers de victimes de placements forcés durant le XXe siècle. En avril 2013, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga présentait les excuses de la Confédération. Depuis, une table ronde a été créée afin de fournir une aide d’urgence à des victimes aujourd’hui âgées. Un fonds de 7 millions de francs est constitué, auquel contribueront les cantons sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion