International

Bousculé par les urnes, le Front de gauche fait son introspection

FRANCE • Les européennes ont été un échec pour la gauche de la gauche. Pour lui redonner des couleurs, le Front de gauche mise sur plus d’unité mais pas de fusion. Ni d’adhésion au souverainisme.  

«J’ai le cœur qui saigne ce soir en voyant dans quel état est mon beau pays. (…) L’idée dominante ce n’est pas que les financiers sont les responsables de la crise. Par toutes sortes de moyens, d’aucuns ont réussi à imposer l’idée que c’étaient les immigrés, que c’étaient les mœurs, que c’était la nature du mariage qui posait problème», déclarait dimanche soir en conférence de presse l’eurodéputé Jean-Luc Mélenchon, coprésident

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion