Égalité

«Le viol n’a pas de sexualité, c’est un viol»

LOIS • Exerçant son droit d’initiative cantonale, le Grand Conseil de Genève propose d’élargir la définition juridique du viol au niveau fédéral.

Le viol, selon la loi, est la pénétration forcée d’un pénis dans un vagin. La victime est forcément une femme, le coupable un homme. Quant à la fellation, la sodomie ou toute autre forme de pénétration, il ne s’agit «que» de contraintes sexuelles. La loi actuelle est jugée archaïque et restrictive par les députés du Grand Conseil de Genève. Ils proposent donc de modifier les articles 189 et 190 du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion