International

La corruption, vrai sport national

BRESIL • Un tiers des sociétés brésiliennes sont touchées par la corruption, malgré les promesses de Lula ou de l’actuelle présidente, Dilma Rousseff. Et la manne du Mondial n’a rien arrangé.

L’évidence saute aux yeux: au cœur de la superpuissance en devenir qu’est le Brésil, la corruption constitue aujourd’hui un frein nuisant à l’immense majorité des habitants, tout en profitant à une poignée de nantis. Ces derniers représentent environ 5% de la population, mais détiennent plus de 50% de la richesse nationale. «Entre 30 et 40% des ressources publiques finissent dans les poches de quelques personnes haut placées», lance Nilmario Miranda,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion