Suisse

Un compromis pour réguler l’immigration

Après-9 février • Professeure à Fribourg, Astrid Epiney en est convaincue: le vote suisse anti-immigration du 9 février dernier ne sonne pas forcément le glas de la libre circulation des travailleurs avec l’Union européenne.

Après le choc du 9 février, la Suisse et l’Union européenne devront surmonter trois écueils dans les mois à venir. D’abord, trouver une solution pour la Croatie, qui s’est vu promettre l’extension de la libre circulation avant le vote suisse anti-immigration. Ensuite, négocier un nouveau régime migratoire. Enfin, asseoir l’avenir de la voie bilatérale par des mécanismes de surveillance des accords et de règlement des conflits. La quadrature du cercle?

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion