Solidarité

Les «barrios» échappent à la contestation

VENEZUELA • S’ils peuvent se montrer critiques avec le gouvernement, les habitants des quartiers populaires de Caracas ne se reconnaissent pas dans les mouvements d’étudiants qui agitent le pays depuis trois semaines.

Dans la capitale vénézuélienne, les manifestations d’étudiants contre la gestion de Nicolás Maduro ont désormais essentiellement lieu dans les quartiers les plus huppés. Est-ce pour autant un mouvement porté seulement par les classes moyennes et la bourgeoisie? La température des barrios est plus contrastée, même si ces quartiers populaires cernant la capitale soutiennent majoritairement le gouvernement socialiste et demeurent en marge de la contestation actuelle. A la sortie du métro

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion