Suisse

La droite se désengage, la gauche enrage

SALAIRE MINIMUM • La votation du 9 février à peine passée, la gauche prépare déjà celle du 18 mai sur le salaire minimum, notamment par des actions régionales.
Unia a organisé Emmanuelle Fournier-Lorentz

Au cœur de la rade de Genève, au pied des banques et hôtels de luxe, une énorme inscription «4000» gonflable attirait le regard hier matin. Tel est le symbole choisi par le syndicat Unia pour lancer sa campagne nationale en prévision de la votation sur le salaire minimum le 18 mai prochain. Du côté de la droite, c’est l’USAM (Union des arts et métiers) et l’Union patronale suisse qui mèneront

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion