International

Poussées à se prostituer par la crise

PORTUGAL • Avec la hausse du chômage et le démantèlement de l’Etat, des femmes qui n’avaient jamais pensé à se prostituer y sont acculées. Une vie souvent impossible à assumer.

A l’époque où elle était jeune diplômée de l’université de Lisbonne, Maria Inês Gomes Rodrigues Fontinha n’avait jamais entendu parler de prostitution. «J’étais issue d’un milieu bourgeois, le sujet ne faisait pas partie des conversations à la maison, ni à l’école», explique la sociologue. C’est seulement lorsqu’un ami avocat l’a mise en contact avec l’association O Ninho («Le nid») qu’elle a été confrontée pour la première fois à cette réalité.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion