Genève

Les Genevois refusent d’assouplir l’encadrement des crèches

PETITE ENFANCE • Face à la pénurie de places en crèche, la droite voulait baisser leur coût de fonctionnement. Genève a jusqu’à 2017 pour répondre à la demande.

En juin 2012, les Genevois avaient, en votation, obligé les autorités à répondre aux besoins en places d’accueil pour la petite enfance d’ici à 2017. Pour répondre en partie à cet objectif constitutionnel, la droite voulait réduire les coûts de fonctionnement parmi les plus chers de Suisse en assouplissant les normes d’encadrement. Mais, hier, le peuple a dit «non» à 56,8%. «Les Genevois veulent des places en suffisance et qu’elles

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion