Musique

En Angola, le «death metal» adoucit les mœurs

A Lausanne, le LUFF projette plusieurs films musicaux. L’un d’eux dévoile l’engouement d’un pays traumatisé pour le rock le plus extrême.
L’Angola a troqué les fusils contre les guitares. DR
Documentaire

Le Lausanne Underground Film  & Music Festival (LUFF) multiplie les sections. L’une d’elles, «Music In Films», propose plusieurs documentaires musicaux, jusqu’à dimanche, au Zinéma et au Romandie. Des œuvres pour la plupart inédites et précédées d’un «buzz» considérable. Ainsi de A Band Called Death (2012), de Mark Christopher Covino et Jeff Howlett, qui raconte l’aventure étonnante de Death, trio composé de trois frangins afro-américains, les Hackney: ils jouaient du punk-rock

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion