Solidarité

Que reste-t-il de la Guerre du gaz?

BOLIVIE La révolte de 2003 a marqué un tournant en Bolivie. Elle portera Evo Morales au pouvoir et transformera durablement le pays. Mais l’unité du social et de la politique a fait long feu.
Le peuple d’El Alto descend sur la capitale La Paz. Il laissera 67 morts sur le pavé avant de faire tomber le président Gonzalo Sánchez de Lozada. - Veillée dans un parc de La Paz pour l'arrêt de la répression. KEYSTONE

«Ce fut une guerre psychologique terrible. Les avions nous survolaient. On entendait les tirs de mitraillettes. On manquait d’eau, de gaz, de nourriture. Dans mon quartier, nous restions toute la nuit à veiller dans la rue en buvant du thé. Il y avait une très forte solidarité entre voisins. On partageait nos idées, nos vécus. Chaque rue s’était transformée en école de formation politique.» Ex-fonctionnaire de la «Defensoría del pueblo»1Sorte

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion