Musique

A quarante ans, l’AMR n’a pas fini d’improviser

GENEVE En 1973, des passionnés militent pour l’expression d’une musique marginale, le jazz. Ce samedi, le Sud des Alpes fête une association qui a soigné la transmission.
Manifestation du 3 mai 1975 pour un centre musical. - Ci-dessous: Festival salle Pitoëff ELISABETH GAUDIN / ALP ATAMAN / MICHEL BÜHLER / JACQUES BERTHET /DR

Un quarantième, ça se fête en rugissant. Samedi dès 17h, l’AMR (association pour l’encouragement de la musique improvisée1Anciennement «association pour la musique de recherche».) convie le public genevois dans ses locaux du Sud des Alpes, à la lisière des Pâquis. Formée pour l’occasion, une grande Fanfare des Quarantièmes rugissants partira à 16h des Bastions pour rejoindre la maison mère. L’AMR est la plus ancienne institution culturelle autogérée du canton. Une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion