Solidarité

Mali: un accaparement de terres qui ne dit pas son nom

REPORTAGE • Deux villages de cultivateurs de mil de la zone de l’Office du Niger résistent tant bien que mal à la privatisation de leurs terres par une société agroindustrielle.  
Le chef de Saou veut faire reconnaître la propriété de sa communauté sur leurs terres ancestrales sises à l’Office du Niger. EHD

Saou, petit hameau malien de quelque mille âmes situé dans la zone de l’Office du Niger (ON), à 280 km de Bamako, ressemble à un village fantôme. Depuis l’implantation de la société Moulin moderne du Mali (3M) sur leurs terres il y a trois ans, ces cultivateurs de mil de père en fils, la céréale qui nourrit la région, restent les bras croisés et la boule au ventre. «Modibo Keita (PDG

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion