International

L’Allemagne face au mal intérieur

LE PROCèS D’UNE NéONAZIE S’OUVRE MERCREDI Complice de dix meurtres, Beate Zschäpe est la seule survivante du groupe «Clandestinité nationale-socialiste». Une cellule terroriste qui a été ignorée pendant treize ans par les services de renseignement et de la police.

Dans sa cellule de la prison de Cologne, Beate Zschäpe, seule survivante du groupe «Clandestinité nationale-socialiste» (NSU) et complice présumée de dix meurtres, deux attentats à la bombe et une quinzaine d’attaques à main armée, n’a pas seulement reçu de nombreuses demandes en mariage. En novembre dernier, la direction de la prison a aussi ­intercepté une lettre du terroriste d’extrême-droite norvégien Anders Breivik: « Quand il sera clair aux yeux de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion