Actualité

Paradis fiscal, enfer social

Même adoucie, la taxe sur les dépôts bancaires, imposée la semaine dernière par Bruxelles pour sauver les établissements financiers de l’île, a été rejetée hier soir par le parlement chypriote. Face au mécontentement populaire, la coalition de droite a cédé. Faut-il pour autant s’en réjouir? La réponse mérite d’être nuancée. La proposition de cet impôt sur la fortune, aussi modeste soit-elle, était à placer dans son contexte. Depuis une décennie,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion