Chroniques

Chavez et nous

EN COULISSE

«Malheur au peuple qui a besoin de héros» écrivait Brecht dans La vie de Galilée. Bob Dylan chantait, au milieu des années 1960, en pleine effervescence contestatrice aux Etats-Unis, «Don’t follow the leaders». La quête de justice sociale doit être l’affaire de toutes et de tous. On ne peut, néanmoins, que s’incliner respectueusement devant la fraîche dépouille d’Hugo Chavez et se joindre, sans ironie ni distance, au chagrin de millions

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion