Solidarité

Exactions sans fin au Nord-Mali

RECONQUÊTE • Par milliers, Touaregs et Maures fuient devant l’avancée des soldats maliens et français. Souvenirs et témoignages de violences les poussent vers la Mauritanie.

Après trois jours de marche à travers le Sahel, Habaye Ag Mohamed vient d’arriver au camp de réfugiés de M’béra, en Mauritanie. Ce Touareg de 48 ans a fui les combats qui faisaient rage à Diabali, au Nord-Mali. «J’ai tout perdu, les militaires maliens ont tout brûlé: ma maison, mes boutiques… Plus rien ne reste, mais ce qui compte c’est d’être vivant», assure ce commerçant. Parti seul, il n’a aucune nouvelle

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion