Solidarité

Sud-Soudan: les premiers pas d’une nation

Jamam Pierre Abensur

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES: PIERRE ABENSUR Juba vit dans l’odeur de plastique brûlé. Le développement anarchique de la capitale du nouvel Etat a négligé la collecte de déchets, et les rues ensablées sont parsemées d’incinérateurs improvisés dégageant une fumée noire et nauséabonde. Dans la circulation congestionnée, les luxueux Land Cruiser du GoSS (Governement of South Sudan) rappellent une retentissante affaire de corruption. Cette gangrène endémique régulièrement dénoncée par la presse écrite

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion