Livres

Forfanteries phalliques

SOCIETE L’impressionnante «Anthologie des chansons paillardes» réunie par le lexicographe Pierre Enckell témoigne d’une tradition populaire révolue. Entretien avec le psychanalyste Marc Morali, qui en signe la préface.
Photo. Illustration de la chanson «Le Plaisir des dieux» DR

«La digue du cul», «Ah oui j’le sens bien», «Les filles de Camaret», «Saint Antoine avait un cochon», «C’est la grosse bite à Dudule», «Il était une pétasse», «Tap’ton cul contre le mien»… Qui connaît encore les chansons qui se cachent derrière ces titres? Les paroles sont à l’avenant: obscènes, misogynes et souvent hilarantes. On les appelle parfois «chansons de salles de garde» en référence aux internes des hôpitaux censés

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion