Actualité

Au Liban, la censure vacille

CULTURE • Vieille institution, le Bureau de la censure semble menacé: une websérie le ridiculise, un projet de loi vise à le supprimer et une réalisatrice lui fait un procès.
La websérie Mamnou3 («interdit») DR

«Interdit une fois, interdit toujours. La morale ne change pas avec le temps», déclame l’employée du Bureau de censure devant un général, interloquée par la manière dont la chanteuse d’un clip musical prononce le mot «trembler». «Ça a une connotation sexuelle, non?» Ce dialogue est tiré de la websérie Mamnou3 («interdit»), un documenteur – fiction présentée comme un documentaire – qui ne manque pas d’humour et de liberté de ton pour caricaturer

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion