Livres

Ebouriffantes libertés

ROMAN Dans le remarquable «Derrière la gare», Arno Camenisch invente une langue musicale teintée d’oralité, un allemand mâtiné de romanche. Entretien avec sa traductrice Camille Luscher.
Photo. Camille Luscher et Arno Camenisch ont étudié à l’Institut littéraire suisse de Bienne. Ici BRIGH

C’est une trilogie, qui évoque la disparition d’une langue. Dans Sez Ner, Arno Camenisch juxtaposait les versions allemande et romanche de son récit du quotidien d’un alpage, jouant des effets de circulation entre les deux langues. Dans Derrière la gare, le romanche contamine l’allemand mais n’est plus présent comme un idiome à part entière: ici l’invention est reine, l’allemand se teinte de vocables romanches et italiens, d’expressions alémaniques, de néologismes,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion